Partagez
 

 ézéchiel ✘ suffocating

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

ézéchiel ✘ suffocating Empty
MessageSujet: ézéchiel ✘ suffocating   ézéchiel ✘ suffocating EmptyVen 16 Déc - 12:10


« dukhan, ézéchiel»

« feat tobias sorensen»

↳ pretend that you’re a ray of light
nom,prénom(s): dukhan ézéchiel ilhan. date de naissace, âge: August, 2 1988 - 28 ans. lieu de naissance: san francisco.  métier, études: dealer.  à berkeley depuis : ten years.  situation familiale: Ø famille. statut social : elyam's owner traits de caractère: Vulgaire - Sombre - Présomptueux - Manipulateur - Colérique   crédits: Nelliel.
the nanny

«when you’re a broken candle.»
01. Il a des prénoms hébreux car sa mère était juive. 02. Il est née et a grandit dans un asile où sa mère était interné. 03. Il a plusieurs soucis médicaux. 04. Il considère la drogue dure comme un antidouleurs idéal pour son corps qui le fait souffrir. 05. Il est à la tête d’un énorme réseau de drogues et d’armes en Californie. 06. Sa tête est mise à prix sur le Dark Net. 07. Sa cicatrice date d’une bagarre il y a plus de dix ans. 08. Il aime autant les hommes que les femmes, même si Elyam est sa préférence. 09. Il déteste qu’on lui tienne tête. 10. Il a des armes cachés partout dans son appartement. 11. Il consomme héroïne, cocaïne, ecstasy et il fume. 12. Sa boisson préférée c’est la Tequila. 13. Quand son corps le fait souffrir, il est violent. 14. Il mange beaucoup sans prendre un gramme. 15. Il a déjà torturé quelqu’un. 16.  Il fait du sport pour ne pas accepter son corps qui le fait souffrir. 17. Il délègue désormais tout ce qui concerne la vente. 18. Elyam est le seul à accéder à la chambre dans son appartement. 19. Il dit tout ce qu’il pense. 20. Il n'a jamais tué.


«smellycams/camille»
âge: vingt deux pays, région: idf, france pré lien/inventé: inventé  comment as-tu connu le forum?: bc we're a team.  un petit mot? :  sex   
tobias sorensen ézéchiel dukhan



Dernière édition par Ézéchiel Dukhan le Ven 16 Déc - 12:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

ézéchiel ✘ suffocating Empty
MessageSujet: Re: ézéchiel ✘ suffocating   ézéchiel ✘ suffocating EmptyVen 16 Déc - 12:23

«WE HAVE A LIST OF PEOPLE THAT WE WOULD TAKE A BULLET FOR THEM»

✘ chapter one

Tout le monde raconte qu’il pleuvait cette nuit là. Un orage d’été violent et le tonnerre s’accordaient parfaitement aux hurlements. Cette nuit là, personne n’a dormi. Les hurlements n’ont cessés qu’au levé du jour et quand les pleures de l’enfant ont retenti, tout le monde a poussé un soupire de soulagement. Ce matin là, tout le monde dormait, sauf toi. Des enfants naissent chaque seconde partout dans le monde. Dans la plus part des pays développés, les enfants naissent majoritairement dans les hôpitaux et les maternités. Toi, tu es né dans un asile psychiatrique dans lequel était interné ta mère. De quoi bien démarrer dans la vie.

Le personnel n’avait aucune formation en maternité. Cette naissance fut périlleuse pour l’enfant comme pour la mère. Mais vous vous en êtes sortis indemne tous les deux. Les séquelles dont tu souffres aujourd’hui sont dues à ce que tu auras enduré tout au long de ta vie entre les murs de cet hôpital. Un enfant n’a pas sa place en asile psychiatrique. Ils ont tout de même déclaré ta naissance et ont laissés le choix de tes prénoms à ta mère. Celle-ci se prénommée Nava, signifiant « Belle » en hébreux, tout ce qu’elle était. On t’attribua son nom de famille, à défaut de connaître l’identité de ton père.

Ton éducation, tes soins étaient majoritairement procurés par le personnel. L’enseignant était particulièrement religieux, sans que tu n’y apportes une considération particulières. Tu savais lire, écrire, compter, calculer, l’essentiel de ce qui importait à l’époque. Tu as passé très peu de temps auprès de ta mère. L’amour, la tendresse, tout cela t’est parfaitement inconnu. Tout ce que tu connais, c’est la solitude.

✘ chapter two

Dans tes souvenirs les plus refoulés, il y a ces scènes de tortures et la douleur associée. Ces hommes et ces femmes en blouse blanche te saisissant par les épaules afin de t’emmener. Cette pièce à la lumière blafarde, ce froid glacial qui venait détruire ta peau. Cette chaise sur laquelle tu étais assis alors que tu mesurais tout juste un mètre trente. Tes poignets et tes chevilles lacérés par ce vieux cuire ensanglanté. Les multiples seringues pénétrant ta peau juvénile. Les scalpels tailladant ton épiderme. Et tout ceci sans jamais savoir pourquoi, dans quel but. Tu étais ce cobaye qui n’avait pas connaissance de ce qu’était le bien et le mal, de ce qui était tolérable et de ce qui ne l’était pas. Tu ne pouvais véritablement compter sur personne entre ces murs.

Tu pouvais hurler autant que tu voulais, te débattre. Tu as fini par comprendre que cette pièce dans laquelle ils t’emmenaient, était insonorisée. Parce que tu n’étais pas le seul à y pénétrer en te débattant. Tu n’étais pas leur seule victime. Sauf qu’une fois les différents sas passés, les différentes portes closes. L’asile retrouvait son calme et sa sérénité apparente. Parce que quand tu te baladais dans les jardins, tu comprenais qu’autour de l'asile, la vie battait son plein sans que personne ne se pose de question sur ce qui pouvait se passer derrière les immenses murs de pierre. Tu étais pris au piège et t’étais persuadé que t’allais mourir ici, comme t’y étais né.

Tu as appris à encaisser un à un les coups. Tu as appris à contenir la douleur. Le plus douloureux ce n’était pas l’aiguille mais de sentir le liquide se répandre dans tes veines. Dans tes plus profonds souvenirs, tu te revois plusieurs fois avec cette volonté de mourir. On ne s’habitue pas au fait de souffrir, on repousse seulement ses capacités. T’es devenu presque totalement tolérant à tout ça. Tu finissais par être un véritable légume. Inutile de lutter jusqu’à la pièce, inutile de te débattre, tu t’installais presque seul sur cette chaise. Les yeux clos, les poings fermés, tu t’es muré dans le silence. C’était ta manière à toi de résister.

Tu n’as jamais eu connaissance des motivations. Tu ne sais pas ce qu’ils cherchaient à faire avec toi. Tout ce que tu sais, c’est qu’aujourd’hui, tu payes au prix fort les dégâts qu’ils ont causés dans ton corps. Des fourmillements, des douleurs aigus, des spasmes, tout ça au quotidien.

✘ chapter three

Elle est morte en plein été. Tu t’en souviens parfaitement, parce qu’à la seconde où ils ont déclarés l’heure du décès, t’étais avec tes affaires à la porte de l’hospice. Tu n’as ressenti aucune peine ni rancœur. C’était presque un soulagement. Pour la première fois de ta vie, tu mettais les pieds derrières les murs épais. Le monde extérieur n’avait rien d’effrayant même si tout juste majeur, tu te retrouvais à devoir t’assumer alors qu’on t’avait assisté depuis ta naissance. Les choses étaient écrites de manière à ce que faire ta vie seul à l’extérieur ne fut pas une épreuve. Ton caractère autonome et on esprit d’initiative t’auront sauvés la vie.

Tu t’es installé dans un appartement abandonné à Berkeley et tu as fait les bonnes rencontres. A Berkeley, dans certains quartiers, la nuit, tous les chats ne sont pas gris. T’as rapidement montrer les dents dans le groupe d’hommes que tu fréquentais. On t’a fait découvrir certaines drogues. Poudre, cachet, seringue. T’as surtout découvert que c’était bénéfique pour toutes tes douleurs. Quand tu planes, tu n’as plus cette sensation qu’on t’écartèle.

L’esprit d’affaire, tu as su le développer avec facilité. Certainement associé à ton instinct de survie. Toutes ces choses pourtant parfaitement illégale sont d’une facilité déconcertante. Tu t’es imposé, comme un roi, sur Berkeley. Dans le monde de la nuit, tout le monde ne parle que de toi. On prononce assez rarement ton prénom. Tu te déplaces. Tu t’étends. San Francisco est un terrain de jeu fabuleux pour ces gosses de riches et ces gamins perdus.

En 2010, tu rencontres un pilier en matière de trafique d’armes, tout droit venu de Los Angeles. Tu te découvres une nouvelle passion pour ces objets pourtant d’une dangerosité sans nom. Mais ça te permet d’installer ta puissance un peu plus sur la région et même de créer un véritable réseau. A 25 ans, t’as des petits mecs en dessous de toi qui deal à ta place. Toi, il n’y a que certains privilégiés qui ont à faire à toi.

✘ chapter four

Tu mènes une vie de pacha dans l’empire que tu t’es construit à partir de rien. Tu vis toujours dans ce même appartement que tu squattais à ta sortie de l’hôpital. Sauf qu’avec l’argent des armes et de la drogue, tu l’as fait rénové, aménagé. Tu vis dans une centaine de mètres carré. Tu as deux gardes du corps, parce que tu vis dangereusement et tout ce que tu possèdes désormais à tendance à faire de sacrés envieux. Si tu ne fais plus les sales affaires, il y a des choses que tu aimes toujours. L’une d’entre elle consiste en le fait d’aller à des soirées étudiantes à Bekerley.

Tous ces gamins riches à millions qui se défoncent et boivent à outrance, ça te fait jubiler. Ces soirées, elles te permettent surtout d’étendre ton réseau et de tirer des coups. T’es exigeant sur la qualité de tes partenaires mais il peut s’agir d’un homme comme d’une femme. Tu traites tes partenaires de la même manière, ce sont des objets, des consommables.

Tu as rencontré Elyam un soir. En fait, tu l’avais déjà repéré à plusieurs reprises au cours de soirées. Tu as ce don pour lire avec facilité à travers les gens qui t’entourent. C’est ce qui te permet au mieux de les maitriser. Et Elyam, tu savais parfaitement qu’il était complètement cassé, complètement foutu. Difficile de dire s’il s’agissait de pitié ou de réel attrait, mais tu l’as pris sous ton aile. La règle selon laquelle tu ne couchais qu’une seule fois avec la personne fut bâchée par cette relation naissante. Tu as su le soir même qu’il était porteur du VIH et cela ne t’a pas fait reculer.

Tu l’as placé avec facilité sous ton emprise. Tu considères qu’il t’appartient. Depuis près de deux ans, il vit chez toi. Il subit tes crises de douleurs et ta violence. Il plane avec toi du fait de ne pouvoir rêver mieux que de partager le quotidien d’un dealer. Il se plie à tous tes désirs, toutes tes émotions, sans jamais sourciller.  
Revenir en haut Aller en bas
 

ézéchiel ✘ suffocating

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» suffocating (masha)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PAPERTOWN :: 
to join us
 :: admission files
-