Partagez | .
 

 buried alive (aristide)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: buried alive (aristide)   Ven 13 Jan - 13:35

gstaad, switzerland.

les vacances se font aux frais de la princesse cette année. j'emmène tout le monde à la neige, clarence, heather, kim, matt, et même johan. si chacun aurait eu les moyens de s'offrir ces vacances, personne n'a rechigné quant au fait que je m'occupe de tout.
évidemment.
les gens les plus riches sont souvent aussi les plus radins. comme s'ils travaillaient d'arrache-pied pour avoir autant d'argent sur leurs divers comptes en banque. n'importe quoi.
le jet nous a mené jusqu'à lausanne, et l'hélicoptère jusqu'à gstaad. personne n'a compris pourquoi je tenais tant à aller ici, alors que tout le monde sait bien que ma station préférée est whistler.
l'explication est pourtant simple. aristide y est. évidemment.
aristide hante mes pensées, aristide est dans tout ce que je fais, tout ce que je dis, tout ce que je vois. aristide est partout, je ne cesse pas une seconde de penser à lui, pas une seule.
trop de semaines ont passé depuis la dernière fois que j'ai vu son visage, j'ai comme le sentiment que son souvenir s'efface peu à peu de ma mémoire, et ce peu importe combien je lutte.
j'ai peur. j'ai peur de l'oublier, j'ai peur de passer à autre chose. j'ai peur que lui, passe à autre chose, et mes craintes sont bien fondées, aux vues de la une du torchon sur lequel je l'ai vu.
quel con. c'est avec moi qu'il aurait dû s'afficher, pas avec cette marie-antoinette ou je ne sais quel prénom de connasse elle arbore. c'est probablement sa mère qui l'a choisie pour lui. quelle conne, celle-là aussi.
j'enfile ma plus belle tenue d'hiver et mes plus belles bottes, et mon pus beau bonnet posé sur mes jolies tresses, et je suis belle, belle, belle. magnifique, malgré les dizaines d'heure de sommeil en retard que j'accumule et l'angoisse qui me tord brutalement l'estomac.
le maquillage fait des merveilles.
clarence m'accompagne à travers le village, alors que les autres se prélassent dans le jacuzzi. lui a la ferme intention de pouvoir me soutirer des informations concernant kim et les vues qu'elle aurait sur lui, moi, j'ai la ferme intention de retrouver aristide et de ne pas écouter un mot de ce que clarence me raconte.
pauvre enfant.
je me contente d'hocher la tête, de lâcher quelques 'hm', 'oh, et autres 'ah' à ses paroles, et flâner devant les boutiques.
c'est à la sortie de chez bach, une nouvelle paire de fendi acquise que je le vois, sa putain accrochée à son bras comme si sa vie en dépendait, et une partie du clan de reigny.
je crains que rien ne se passe comme je le souhaitais, pourtant la vue de son visage me réchauffe le coeur dans ce froid glacial.
mon amour, mon amour, tu m'as manqué.
- bahia, c'est pas aristide? et c'est sa nouvelle copine?
ta gueule, clarence. ta gueule.
j'arbore un grand sourire alors que mes yeux laissent transparaitre la douleur et l'envie de pleurer, j'avance à leur rencontre et mon coeur se serre.
c'est moi qui devrais être là, pendue à son bras, enveloppée dans son parfum. pas elle. c'est moi.
salope.
- aristide, habibi, ça me fait plaisir de te voir.
plus encore que tu ne peux l'imaginer. mon amour, mon amour, mon amour. tu me manques terriblement.
rejoins-moi dans ma suite ce soir, viens me tenir chaud, je t'en prie.
- et tu es? sa future ex? enchantée, bahia al nahyane.
un léger sourire offert, je suis sûre qu'elle ne se doute même pas une seconde de qui je suis. la pauvresse.
mes yeux ne veulent pas lâcher aristide un seul instant, lui crient de me reprendre et de me pardonner, lui crient tout ce que je ne saurais dire en présence de tant de monde.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: buried alive (aristide)   Ven 13 Jan - 18:14

les mois ont passée mais n'ont pas enterrée ta haine. n'ont pas effacé ta tristesse. elle n'a fait que s'accentuer de semaines en semaines. parce que plus le temps plus elle revient dans tes pensées. bahia, femme de ta vie. plus le temps passe et plus tu te rends compte de ce que vous ne serez jamais, un couple.
comme celui que vous formez actuellement, Victoire Declerq et toi même. couple modèle, relation se voulant normale aux yeux de tous. fille de bonne famille aux sourires angéliques. ce n'est pas une princesse, mais c'est une fille de, qu'à dit ta mère. elle te fera de beau enfant, acceptera ta demande en mariage, et votre cérémonie sera des plus merveilleuse n'est-ce pas. et puis surtout celle là, ton frère n'est pas passé dessus. et puis celle là, toute ta famille l'aime. Victoire Declerq qui te tient par le bras comme un trophée. Victoire qui est pleine d'attention, Victoire qui te suce dans la Maserati, Victoire qui écarte les cuisses quand le seigneur le réclame. Victoire bonne sous tout les angles. mais Victoire n'est pas Bahia, et ne le sera jamais. y'a pas l'étincelle dans tes yeux, mais tu es obligé de te montrer doux avec elle, parce que la reine mère veille aux grains. toute la famille est à Gstaad pour des vacances hors de prix, t'as jamais aimé skier, mais boire du bourbon au coin du feu du chalet hors budget, ça a toujours été dans tes cordes. vous marchez dans le village, la petite troupe derrière le couple phare. elle te parle de ce que vous ferez ce soir, Paul-Marie est là, il veut vous voir, partager une coupe de Veuve Cliquot avec vous. alors vous irez, pour une soirée mémorable. vous vous apprêtez à rentrer dans un de ces bars-salon-de-thé quand elle vous stoppe net. t'as même pas besoin de redresser la tête, t'as reconnu ses bottes. ta mâchoire se crispe quand tes yeux rencontrent les siens. le bleu émeraude qui t'avais tant manqué. elle s'exprime. tu ne reponds rien. à sa remarque tu arques un sourcil. ma future femme. que tu reponds, et Victoire qui rougit. Victoire qui s'accroche un peu plus et vient embrasser ta joue. il ment, il n'a pas encore fait sa demande ! mais ça ne saurait tarder ! sa voix est suave et dégouline d'un amour non réciproque. non loin de bahia il y a clarence. tu le regardes d'un mauvais œil, t'as jamais aimée ce type. qu'est ce que tu fiches ici bahia, t'es bien trop loin de ton soleil habituel. t'as pas envie de la voir là, t'as pas envie. ça remue trop dans ton corps et dans ton coeur. ça remue trop fort. je me sens pas bien bahia, s'il te plaît vas t'en. mais Victoire sait qui elle est, et Victoire veut marquer son territoire. nous rentrions ici, joignez vous à nous ! trop enthousiaste pour que cela soit vrai. la table vous est deja réservée, tu te débarrasses de ta doudoune, que tu donnes à un serveur et tu prends places sur la banquette. Victoire se colle à toi, sa main se presse à l'intérieur de ta cuisse et elle regarde bahia d'un air de défi. alors, vous vous connaissez d'où ? ari ne m'a jamais, jamais parlé de toi. mensonge. tu te commandes deja un bourbon. je pense que bahia a mieux à faire, chérie. tu ne veux pas assister à ça, pas devant ta sœur ni ton frère. mais la politesse est trop ancrée chez vous, et elle va rester là, avec ce stupide clarence.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: buried alive (aristide)   Ven 13 Jan - 19:00

aristide, aristide est pile en face de moi, arrêté, arrêté comme mon coeur à la vue de ses traits à la fois angéliques et démoniaques, ses traits tant aimés, ses traits qui m'ont manqué. ses yeux me transpercent et une vague de chaleur m'envahit malgré le froid environnant.
si j'entame la conversation avec sa putain, ce n'est que par politesse, et elle devrait s'estimer heureuse d'avoir l'honneur de pouvoir m'adresser la parole, qu'une petit gens puisse parler à une princesse. ce n'est que par politesse, et non pas par intéressement. je ne sais pas qui elle est, mais je sais bien ce qu'elle est : inintéressante.
la réplique d'aristide me tord l'estomac et la réaction de la putain me fait rire, vraiment. c'est la meilleure blague que j'ai entendu depuis des mois. n'espère pas trop cette demande ma pauvre, elle n'arrivera jamais. tu m'entends, jamais.
t'auras crevé avant qu'il ne commence à regarder les bagues de fiançailles.
- tu sais que j'aime changer d'air, de temps en temps. c'est sûr que ça ne vaut pas des vacances à bali, mais je pense que j'irais, aussitôt que je partirais d'ici.
et si tu m'y rejoignais? qu'est-ce que tu en dis, mon amour? on s'en va d'ici, tu laisses mademoiselle en plan, je fais de même, et on s'en va ensemble à bali, en amoureux, dans la superbe villa qui a vu nos meilleurs moments. faisons ça.
la putain nous invite, clarence et moi, à rentrer dans le café avec eux, et je me retiens fort, très fort pour ne pas afficher une mine de dégoût, mais plutôt un petit sourire légèrement ravi de la proposition, en hochant de la tête.
je préfèrerais crever la bouche ouverte, que d'aller boire un verre en face d'elle. elle me donne envie de vomir.
t'es répugnante, ma pauvre fille.
installés, je vois son petit manège et un sourire en coin, narquois, prend place sur mon visage. la pauvre fille n'a aucune confiance en elle, et cherche par tous les moyens à se rassurer, visiblement. la pauvre. je la plaindrais presque.
mon sourire grandit, quand elle parle.
- est-ce que tu sais ce qui caractérise les menteurs? ils répètent deux fois leurs affirmations. la première fois pour convaincre l'interlocuteur, la seconde fois pour se convaincre eux-mêmes.
je sais que tu sais qui je suis, pétasse. ne fais pas semblant.
aristide a raison, j'ai mieux, beaucoup mieux à faire que de rester et faire la conversation avec elle. je n'en ai que faire que de lui parler. si je voulais parler à une pauvre fille, j'irais voir la serveuse. je suis persuadée que parler avec elle serait plus riche que la putain.
- ne raconte pas de bêtises, habibi, c'est un plaisir d'être ici avec vous, voyons.
je commande un thé, et croise mes jambes.
- alors, puisque tu sais déjà tout, raconte-moi plutôt toi, comment vous en êtes venus à vous fréquenter? tu l'as laissé jouir dans ta bouche? sur ton visage? oh, non, je sais! dans ton cul. comme c'est romantique.
clarence rigole.
je suis persuadée que je ne suis pas si loin de la vérité. elle n'est qu'un trou pour qu'il puisse se vider et n'a aucun intérêt.
c'est normal. elle ne sera jamais moi.
je jette un regard à aristide, complice, et lui offre même un clin d'oeil, loin d'être caché, qui pourra peut-être la faire enrager. je le souhaite, je l'espère.
bébé, laisse-la et reviens avec moi. je suis sûre que tu ne jouis même pas au complet, je suis sûre que tu ne fais que simuler.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: buried alive (aristide)   Ven 13 Jan - 21:46

il a fallu qu'elle évoque les vacances à bali, il a fallut qu'elle les évoquent ces putains de vacances. celles qui ont signé ton arrêt de mort, celle de l'aveu. les vacances de rêve avec une femme de rêve. tout a été gâché, en un claquement de doigt. elle peut y retourner quand bon lui semble, la villa est à elle. plus à elle que à toi. dans le bar tu te sens déjà de trop, tu qu'il va y avoir une querelle, et la gagnante ce sera bahia, évidemment. c'est toujours la princesse qui gagne. mais pour ton bien, tu devrais faire en sorte que victoire gagne, pour ton bien et surtout le sien. pour l'image du couple parfait que vous avez aux yeux des autres. c'est pour ça qu'elle est là, ce n'est qu'apparences. l'amour n'existe pas. il n'existera jamais.
ne raconte pas de bêtises, habibi, c'est un plaisir d'être ici avec vous, voyons.
un plaisir, tu m'en diras tant...
tu lèves les yeux aux ciel. le spectacle te fatigue déjà. mais tu attends ton verre de bourbon, qui arrive bien vite. en même temps que tout le reste, deux thés pour ces dames. et de l'alcool pour le reste de la troupe. t'as les yeux rivés sur les glaçons dans ton verre. tu essayes de ne pas avoir les oreilles attentives, mais c'est peine perdu.
alors, puisque tu sais déjà tout, raconte-moi plutôt toi, comment vous en êtes venus à vous fréquenter? tu l'as laissé jouir dans ta bouche? sur ton visage? oh, non, je sais! dans ton cul. comme c'est romantique.
bahia ponctue sa phrase par un clin d’œil équivoque. et tu serres les dents. tu serres les dents pour ne rien répondre, bien que l'envie devient de plus en plus prenante dans tes entrailles. tu n'as rien à faire là bahia, je te l'ai dis, je ne veux plus te voir, je ne veux plus entendre parler de toi. mais elle est belle et bien là, splendide comme toujours. splendide à t'en faire perdre tout tes moyens. tu bois une gorgée d'alcool, victoire se racle la gorge. c'est si facile de m'attaquer sur ce plan, quand on sait tout les mecs qui te sont passé dessus bahia. la blonde attaque, la blonde vise juste. je ne sais pas comment il se comportait avec toi, mais avec moi, c'est un amour. un amour dans la mesure ou tu acceptes de la défoncer contre tout ce qui lui fera plaisir, un amour parce que tu la baises sans réelle conviction et qu'elle ne s'en rend pas compte. qu'elle n'a pas l'effet que bahia aurait sur toi. c'est comme si tu n'étais pas là. elles vont se lancer la balle jusqu'à se sauter à la gorge.
écoute bahia, rien de tout ça ne te regarde, ok ?
t'as le regard sévère, et victoire appuie un peu plus sa main sur ta cuisse, remonte un peu trop haut comme si elle voulait que bahia comprenne que maintenant tes attributs lui appartiennent.
si tu es venue à gstaad dans l'espoir de me croiser, et bien c'est fait. maintenant tu peux disposer. que tu lances. et victoire ne semble pas d'accord. mais non chéri, elle va rester. elle va rester.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: buried alive (aristide)   Sam 14 Jan - 11:10

je pense que j'hallucine, je crois rêver, ou plutôt être en plein cauchemar. à ma réflexion et mon clin d'œil, aristide ne répond rien, si ce n'est de son visage qui se contracte, se crispe, son regard qui reste plutôt froid, et même glacial.
il ne manquerait plus qu'il prenne son parti à elle.
évidemment ça aurait été trop beau si elle avait compris le sous-entendu et avait profité de l'opportunité pour fermer sa gueule. ça aurait été vraiment trop beau.
est-ce qu'elle vient de me traiter de salope?
mon sang ne fait qu'un tour, tape déjà contre mes tempes. oh toi, oh toi. tu vas prendre cher. je vais te faire regretter d'être née. je vais t'humilier, te lyncher sur la place publique et te pendre.
je le jure, je ne laisserais pas passer un tel affront.
- aristide, un amour? bien sûr, évidemment.
si tu as droit à un amour c'est que tu n'as pas le droit au véritable aristide. je suis navrée de te l'apprendre, mais je le connais mieux que personne. aristide n'est pas un amour.
sauf avec moi, dans nos maisons de rêves, quand il l'a décidé.
- un jour je te raconterais comment il m'a surprise en m'offrant une voiture, ou encore la fois où il m'a fait livrer des dizaines de bouquets de roses, un pour chaque mois passé ensemble.
un jour tu comprendras que ta place n'est pas ici, à ses côtés, et qu'elle ne le sera jamais.
aristide tente de remettre les choses à leur place et visiblement surtout son esprit, en vain. le manège de la putain me fait sourire. si elle savait seulement qu'elle n'a aucun pouvoir décisionnel sur l'entrejambe d'aristide. la pauvre.
- dans l'espoir de te croiser? il va falloir te mettre à ménager ton ego déjà surdimensionné, de reigny, et te faire à l'idée que tu n'es pas le centre du monde, encore moins de mon monde. tout ne tourne pas autour de toi.
contrairement à moi.
aristide veut me voir partir, elle non, et moi, j'en ai déjà assez de tout ce petit jeu. je veux juste récupérer mon amour et le ramener avec moi. je n'ai pas de temps à passer dans ces jeux idiots.
si je m'en vais et décide de l'ignorer, est-ce qu'il va me courir après, trop attiré par ce qu'il ne peut plus avoir?
si je reste et continue d'insister pour l'avoir à mes côtés, à sans cesse la rabaisser, est-ce qu'il va enfin craquer?
- mais oui, je vais rester, puisque madame l'exige.
j'oubliais que j'avais des ordres à recevoir de qui que ce soit, plus particulièrement de celle-là, comme si elle avait quelque chose à me dire. connasse.
léger sourire hypocrite, je glisse mes fesses sur la banquette jusqu'à aristide et ma main sur sa cuisse, celle qu'elle ne touche pas, elle. ma main monte, monte, plus haut qu'elle, frôle son entrejambe et du bout des doigts, je joue avec le bouton de son pantalon.
j'approche mon visage de son cou, mes lèvres proches de sa mâchoire, de son oreille, et je souffle quelques mots, en arabe, délicats.
- tu me manques mon amour, tu me manques. regarde-moi dans les yeux et dis-moi que je ne te manque pas..
si tu le fais alors c'est que tu mens. je sais que je te manque aussi. reprends-moi. je t'en prie.
- reviens-moi, j't'en prie.. laisse-la, je sais que tu ne l'aimes pas, je sais qu'elle est sans intérêt pour toi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: buried alive (aristide)   Sam 14 Jan - 18:36

on pourrait croire qu'elle en rajoute bahia quand elle raconte. victoire croit certainement qu'elle en fait de des tonnes, que tu n'as jamais dépensé autant d'argent pour elle, que ce ne sont que des rêves qu'elle n'obtiendra jamais. pourtant c'est la stricte vérité, voitures, voyages, villas, fringues en tout genre, montres de luxe, parures de diamants et autres petits caprices de la princesse. tu lui as offert une deuxième vie de princesse, les moments où vous n'étiez pas en train de vous tirer dans les pattes.
tu n'écoutes plus rien de ce qu'elles disent, tu bois ton bourbon et tu espères que la princesse finira par s'ennuyer et vous quittera de ce pas. tu concentres ton attention sur clarence, bloqué sur son téléphone sans doute en train de poster des photos sur Instagram ou autres réseaux du même genre. tu poses tes yeux sur tes cousins maintenant, bien trop occupés à débattre sur le cul de la serveuse pour s'intéresser à la guérilla devant leurs yeux. puis bahia glisse jusqu'à toi, sa main agrippe ta cuisse et tu retiens un frissons lorsque ses doigts remontent un peu trop haut. Victoire ne fait rien, victoire se crispe et tu poses ta main sur la sienne pour lui faire comprendre qu'il ne faut pas agir. tu ne veux pas perdre tes attributs malencontreusement. puis elle vient chuchoter des mots en arabes à ton oreille, tu déglutis difficilement. si tu savais comme tu me manques mon amour, si tu savais comme je te hais mon amour. toutes ses paroles sont justes, toutes. mais ta fierté est bien trop grosse. et ta colère également. tu veux la voir souffrir, tu n'as jamais autant voulu la voir souffrir qu'en ce jour. tu veux la voir à genoux, le coeur arrachée et a découvert. alors t'inspires lentement. hum... tu te tournes vers victoire. je vais régler ça. elle hoche la tête. toi, viens. lances-tu en te redressant et agrippant bahia par le bras pour qu'elle en fasse de même. viens, on va parler. viens, je vajs te faire comprendre une bonne fois pour toute que je ne veux plus te voir traîner dans mes pattes. viens mon amour, viens. et tu la pousses un peu, tu la tires pour qu'elle te suive. c'est la porte des chiottes que tu pousses. et tu la jettes presque à l'intérieur, dans ces toilettes de riches ce qu'il a de pratique ce qu'on peut fermer à clés. alors c'est ce que tu fais.
tu te tournes vers elle, le regard sombre. le coeur qui palpite, tes yeux descendent sur son corps. la haine est grande, l'envie aussi. un geste et t'es déjà au garde à vous. tu la détestes pour tout ça. tu crois que tu peux revenir et réclamer comme ça ?! que tu lances en t'approuvant dangereusement d'elle. tu lui laisses pas le temps de répondre, tu te rues littéralement sur sa bouche. tu dévores ses lèvres et tes mains glissent contre son corps, féroces. tes doigts glissent jusqu'au bouton de son jean, et tu le détaches déjà sans avoir quitter sa bouche. ton bassin qui se presse contre elle, l'envie débordante qui te prend et tu la soulèves pour la poser sur le marbre froid. c'est sauvagement que tu tires sur son pantalon, pour lui arracher le plus vite possible. mâchoires serrées, sourcils froncés quand tu la regardes. tu me cherches bahia, tu me trouves, tu le sais. tu défais ton jean sans la lâcher des yeux, y'a que ta chemises pour cacher à moitié ton élection. c'est pour ça que vous vous battez, t'inquiètes pas, ça va être tout à toi bahia. au final tu lui laisses pas le choix, au final t'es déjà entre ses cuisses, un râle t'échappe. un savant mélange de douleur et de plaisir. j'ai mal au coeur bahia. j'ai mal au coeur, et je t'aime plus qu'il ne le faudrait. tu l'embrasses, tu l'embrasses encore et encore à en perdre ton souffle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: buried alive (aristide)   Sam 14 Jan - 19:03

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: buried alive (aristide)   Sam 14 Jan - 19:26

[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: buried alive (aristide)   Sam 14 Jan - 19:43

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: buried alive (aristide)   Sam 14 Jan - 20:18

je t'aime bahia, je t'aime plus que tu ne le penses, mais je ne saurai prononcer ces mots. c'est impossible, je ne peux pas, je ne pourrais pas, pas après tout ça. pas tant que tu me détruis de cette façon. pas tant que je te détruirai de cette façon.
alors tu restes là contre elle, tu ne fais plus attention aux bruits environnants, tu ne reconnais même pas la voix de victoire derriere la porte, mais elle si. puisqu'elle hurle pour qu'on vous laisse en paix. tu sais qu'en sortant tu auras des comptes à rendre, et tu embobineras la blonde aussi facilement qu'un claquage de doigts. elle te serre contre elle, et tu ne te serais pas de l'étreinte. tu ne t'es jamais senti aussi faible que maintenant. elle relève ton visage et tu la regardes dans les yeux, son regard embué de larmes. tu ne te rappelles pas l'avoir déjà vue pleurer. les mots qu'elle te dit tu n'y crois pas, malgré tout le coeur que tu pourrais y mettre tu n'y arrives pas. tout est fichu entre vous, vous n'avez pas fait les choses dans l'ordre. jamais. et maintenant tout est fini. elle ne t'appartient plus, son coeur n'est plus à toi, son corps encore moins. bahia est une femme libre et elle le restera. toi t'es enchaîné à elle, et briser les chaînes s'avère être une tâche de plus difficiles. t'as le coeur qui bat la chamade. tu poses ta main sur sa poitrine et tu te recules pour te rhabiller. tu te recules un peu plus, tu essuies ton visage, t'essayes de reprendre de la contenance.
je ne peux pas bahia. j'suis engagé. j'suis désolé... toi et moi ça ne marchera jamais, on a même pas essayé et regarde le résultat.
pourtant tu aimerais l'embrasser encore, tu aimerais la garder contre toi. l'emmener loin d'ici, en voyage. loin.
je... je ne peux pas. on a trop joué bahia.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: buried alive (aristide)   Sam 14 Jan - 20:36

mon monde s'effondre. la terre semble bien s'écrouler sous mes pieds, tout tremble, et des sanglots me secouent déjà alors que les larmes refusent de couler. elles aussi ont trop de fierté, de fierté mal placée.
j'ai le sentiment de me faire étriper, de me faire arracher les membres un à un, de me faire piétiner le coeur. j'ai le sentiment qu'on tente par tous les moyens de me retirer une part de moi-même, et qu'on finira rien par y arriver, à force d'insister.
je ne supporterais pas de perdre réellement aristide, de devoir le retirer de ma vie pour de vrai. ne pas le voir pendant quelques mois suite à une dispute est une chose. ne plus le voir, et le savoir faire sa vie sans moi, sans se retourner sur son passage en est une autre. et ça, je ne le supporterais pas.
tuez-moi, achevez-moi, tirez-moi une balle entre les deux yeux, et ça ira mieux.
je souffrirais moins, déjà.
il recule, mes bras retombent le long de mon corps, les jambes ballantes dans le vide, et je suis vidée de toutes mes forces. il continue, il en rajoute, encore, et chaque mot est comme un coup qu'on m'assène dans le dos.
quand est-ce qu'il m'annoncera que ce n'était qu'une blague? jamais.
aujourd'hui, je crois que je vais bel et bien pleurer.
ma tête est tout juste bonne à se déplacer à vitesse modérée de gauche à droite, j'ai à peine assez d'énergie pour qu'elle ne se décroche pas toute seule de mon cou. à peine assez d'énergie pour ne pas tomber raide morte sur le carrelage immédiatement.
moi qui ait l'habitude d'être haut, si haut, je suis à présent plus bas que terre.
- je t'en prie..
un murmure comme un énième sanglot, je me lève enfin de mon perchoir et remonte mon pantalon à mon tour. mes mains tremblent, et les pas jusqu'à aristide sont difficiles.
- c'est rien, on peut essayer.. on peut y arriver. je le sais. je le sens. désengage-toi, marions-nous aristide. c'est pas un jeu. on peut le faire. on peut s'aimer.
je t'en prie, je t'en prie, fais quelque chose. retrouve la raison, ou abats-moi sur-le-champ.
la torture est trop barbare.
les larmes coulent sur mes joues, et je me fous bien de ne plus ressembler à rien, de ne plus avoir ma prestance ni ma grâce. je souffre trop pour ces conneries-là. mes genoux rompent et cognent contre le sol.
je relève la tête pour le regarder, suppliante à nouveau.
- fais pas ça..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: buried alive (aristide)   Dim 15 Jan - 0:13

c'est tout le courage du monde qu'il te faut pour prononcer ces paroles.
pour mettre fin à votre relation. c'est tout le courage du monde qu'il te faut pour dire non à cette femme. l'anéantir comme tu es en train de le faire. tu le vois dans ses yeux que son coeur tombe en miette. tu le vois dans ses yeux qu'elle refuse d'entendre, qu'elle ne veut pas comprendre. t'as du mal à respirer, du mal à la regarder. le regard fuyant quand elle s'approche. s'il te plaît, laisse moi, m'touche pas. laisse moi, accepte cette situation, laisse nous en paix. tu passes une main dans tes cheveux, tes doigts se serrent quand elle parle de mariage. si elle savait, le nombre de fois où tu aurais voulu le lui demander. le nombre de fois où tu as rêver qu'elle dise oui. mais c'est trop tard. tout est fini. tout est foutu. les larmes coulent le long de ses joues et c'est en train de t'anéantir. elle n'a jamais pleurer la princesse. et elle tombe à genoux devant toi, elle supplie et tu ne sais plus quoi faire.
tu suffoques ici.
l'air n'est plus respirable.
tu te baisses pour pouvoir planter ton regard dans le sien. il n'y a que des perturbations au fond de tes yeux. des nuages de douleurs qui s'entrechoquent. tes mains se posent sur ses épaules doucement.
il n'y aura jamais de mariage bahia. tu le sais. j'suis pas un homme pour toi, il faut qu'on voit les choses en face.
et tu la force à se redresser, tu ne supportes pas de la voir plus pas que terre, toi qui l'a si souvent placé sur un piédestal.
on arrête.
t'es ferme. et tu te détaches d'elle, tu baisses la tête pour aller déverrouiller la porte. comme tu t'y attendais il y a victoire qui t'attend de pied ferme, mais tu ne lui laisses même pas le temps d'ouvrir la bouche.
c'est réglé.
ou pas du tout. au contraire. tu l'aimes à en crever, mais il a la rancœur, la haine. la colère, le sentiment que tout tombe en ruine. le sentiment qu'il n'y a que destruction entre vous. t'as un regard pour bahia, rempli d'une tristesse immense. mais déjà victoire s'empare de ton bras, ses yeux rivés sur bahia. elle ne posera pas de questions, victoire ne veut pas savoir, victoire veut juste t'avoir contre elle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: buried alive (aristide)   

Revenir en haut Aller en bas
 

buried alive (aristide)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Selon prof Sauveur Pierre Etienne Aristide pap fè ront pot nan Afrik di Sid
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Detrakte yo di ke: Aristide Ap Mennen la Bel Vie an Afrik di Sud
» Aristide s'en va aux élections.
» Aristide di an daki li pa rekonèt zafè elèksyon yo ki se kontinyite koudeta 2004

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PAPERTOWN :: 
around the world
-