Partagez | .
 

 fucked up (ezaria)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: Re: fucked up (ezaria)   Dim 8 Jan - 22:13


❝ fucked up ❞C’est drôle cette parfaite synchronisation entre le moment où elle se retrouve à genoux et l’entrée en scène de son chevalier servant. Quand il pénètre dans la pièce, la première chose que tu captes c’est son regard. Aristide est défoncé. Tu côtoies beaucoup trop de camé pour ignorer à quoi ressemble quelqu’un qui a fumé, qui s’est fait une injection ou une ligne. Il fonce droit sur vous deux et ton premier reflex est de vouloir protéger Bahia. Tu trouves ça faible et lâche de s’en prendre à une femme. Pour autant, elle ne peut éviter cette claque. Puis c’est ton tour. De son physique plutôt maigre, Aristide t’assène son poing sur le visage. C’est drôle à quel point ça paraît presque indolore. L’héroïne en guise de traitement te rend presque invincible. Ses doigts se resserrent sur ta gorge. Tes mains se posent sur ses poignets pour l’empêcher de t’étrangler. Il se jette tellement sur toi que ton corps bascule sur le meuble. Il te hurle dessus, sa question restera sans réponse même si elle est pourtant simple : tu fais ce que tu veux. Tu poses tes mains sur qui tu veux. Et ce petit merdeux ne va certainement pas te dire ce que tu as le droit ou non de faire. Sauf que tu t’attends pas à la suite. Cela aurait été n’importe qui d’autre, certainement que tu aurais été armé en conséquence. Mais bêtement, c’est pas un truc auquel t’as pensé en venant ici. Le canon posé sur ta tempe, tu déglutis et lâche ses poignets pour mettre tes mains en l’air. Ton regard se lève vers la porte, et tu observes ton molosse armé au poing pénétré dans la pièce. Tu n’es peut être pas venu armé toi même, tu te remercie de ne jamais te déplacer réellement seul. Tu te remercie même d’avoir aussi bien formé tes sbires pour qu’ils soient aussi observateur. Tu reposes ton regard sur Aristide, sur sa phrase, sur le fait de te buter, comme les autres. Quels autres ? Le gorille s’approche dépose le canon de son arme sur le crâne du jeune brun et ôte le cran de sécurité. Une de tes mains vient saisir celle autour de ton cou, l’autre se pose sur celle qui tiens l’arme sur ta tempe. Ta respiration est calme, ton regard posé dans le sien, tu veux qu'il pose son putain de flingue. Tu lâches, froidement. « Joues pas avec moi Aristide. »

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: fucked up (ezaria)   Dim 8 Jan - 23:03

reine parmi les reines, princesse supérieure à tout ce peuple combiné, supérieure à la planète entière, à tout un chacun, qui vaudra toujours plus que n'importe qui ne vaudra jamais, moi, bahia al nahyane, de la dynastie des émirs al nahyane, je me retrouve rabaissée au rang de simple pute, mise à l'écart, de côté, à peine regardée quand pourtant je brille de mille feux au milieu de la pièce, que je devrais être au centre de chaque attention, il n'en est rien.
pauvre fou.
il n'est pas qu'une question d'ego, mais aussi une question de respect.
si je ne me respecte pas, parfois, ezechiel a pour autant le devoir de me respecter, lui, bien qu'il n'en fasse rien.
il n'en a pas conscience, mais on ne me traite ni comme une traînée, ni comme une camée sans s'en mordre les doigts. jamais. et il peut bien demander à aristide, ma vengeance est terrible.
affreuse, même.
l'heure pourtant n'y est pas encore, la seule idée encore dans ma tête étant de rendre aristide fou de jalousie, je me retrouve à demi-nue devant ezechiel, mon soutien-gorge rapidement retiré.
en string, on a vite froid.
sa main attrape ma nuque et un fin sourire se dessine sur mes lèvres. encore une fois il fait là une grave erreur; aristide n'est pas qu'un gosse de riche.
et je ne fais pas que me prendre pour une princesse.
il me force à plier et mes genoux plient l'espace d'un instant, alors que je boues de rage de l'intérieur. la voilà, la deuxième grave erreur, celle de me forcer à m'agenouiller, comme une vulgaire putain.
j'aurais voulu me redresser rapidement et lui faire mordre la poussière, mais ma tête part en arrière et je ne reconnais que trop bien désormais cette poigne dans mes cheveux. j'aurais été presque heureuse de le voir si l'humiliation n'avait pas continué, alors que sa main s'abat sur mon visage et l'insulte en arabe me transperce le cœur.
vous allez tous rôtir en enfer. bande de salopards.
je récupère ma robe, l'enfile rapidement et me fige brutalement quand aristide sort une arme. pas ça. tout mais pas ça.
les autres? quels autres?
la scène a comme l'air de tourner au ralenti sous mes yeux et je ne sais plus où donner de la tête, entre les garçons qui se chamaillent désormais un peu trop sérieusement et le molosse qui rentre dans la chambre pour viser aristide à son tour.
mon cœur s'emballe, bat trop vite, bat trop fort. pas ça. tout mais pas ça. ne tuez pas mon amour.
- au secours! je suis en danger!
tout ce que j'arrive à faire est de crier en arabe, m'époumoner, jusqu'à ce que deux de mes propres gardes du corps arrivent à toute vitesse pour me protéger, armés, et moi encore un brin tremblante, dans un coin, déjà cachée par leurs corps imposants.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: fucked up (ezaria)   Lun 9 Jan - 20:55

t'as le regard emplis de haine.
les mâchoires serrées, prêt à abattre ce connard. t'es déjà en train de fantasmer sur son crâne explosé, et sa cervelle répandu sur les murs. il lève les mains en l'air l'enfoiré, comme si ça allait t'arrêter. tu peux même demander pitié, ça changera rien, tu l'as touché, tu mérites la mort. rien de plus, rien de moins. tu le sens pas arriver le gorille, c'est qu'il est pas si con finalement. il se ballade pas seul. et y'a le canon d'un flingue qui refroidi ton crâne, le clic du cran de sécurité, mais tu ne fais que sourire un peu plus. surtout quand il pose ses mains sur toi. Joues pas avec moi Aristide. et tu ricanes, un peu trop fort. tu ricanes comme un fou furieux. il peut bien te buter son sbire, t'auras appuyé sur la gâchette avant. t'as jamais eu peur de la mort. tu l'as vue de trop près. t'as besoin d'être surveillé ézéchiel ? t'as besoin d'aide pour te sortir d'une telle situation ? toi au moins t'as les couilles de te démerder seul, personne derrière toi, tes gardes du corps ils auraient pu en faire de la bouillie, si tu l'avais voulu. mais monsieur de reigny règle toujours ses problèmes seul. toi aussi tu ôtes le cran de sécurité. qu'il tire, j'm'en cogne. c'était sans compter sur le cris perçant de la princesse.
madame al nahyane qui appelle à l'aide dans sa langue maternelle. les chiens de gardes ne tardent pas à arriver, ils sont deux, surement armés eux aussi. ils tirent sans somation, il suffirait qu'elle lève les yeux au ciel pour qu'ils fassent feu.
putain bahia ! que tu hurles. fou de rage. le flingue tu l'enlèves d'ézéchiel. pour le pointer sur bahia maintenant. vous foutez le bordel tout les deux ! et vous avez besoin de nounous ! tu hurles toujours plus fort. les gardes du corps la princesse sont des grosses brutes, un te vise toi, l'autre après ézéchiel et son sbire qu'il en a.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: fucked up (ezaria)   Lun 9 Jan - 21:25

la situation est pire qu'atroce, presque invivable, insupportable à mes yeux, moi, toujours bercée dans le luxe, la douceur, les yeux fermés sur l'atrocité qui m'entoure sans pour autant en nier l'existence.
je n'ai jamais eu à faire à une telle violence.
je n'ai aucune idée de comment gérer ça. ni comment gérer aristide qui devient complètement fou, qui pète un plomb et sort une arme qui vient de je ne sais où, ni comment gérer ezechiel qui s'est ramené avec un molosse qui ce molosse vise maintenant mon amour avec son arme.
je ne sais rien gérer, je suis pétrifiée, à supplier allah dans ma tête de laisser aristide en vie.
pitié, n'importe quoi, mais que mon amour ne meurt pas.
l'éclair me vient subitement et la seule idée que j'ai est de hurler au secours, à l'aide, que mes propres gardes du corps débarquent à leur tour, ce qu'ils ne tardent pas à faire. évidemment. ils ne sont jamais bien loin.
je ne veux pas qu'ils tuent qui que ce soit, bien que d'un battement de cils, ils pourraient les tuer tous les trois. je veux juste apaiser les tensions, je veux que les chiens remontent et que les doigts se retirent des gâchettes. que tout le monde soit désarmé et qu'on règle nos affaires comme on le fait le mieux; à coups de gifles.
j'en rêve.
ils visent chacun respectivement le molosse et aristide, aristide qui lâche ezechiel pour m'avoir moi en joue. un frisson remonte le long de ma colonne vertébrale et la rage s'empare de moi alors qu'il s'énerve après moi. moi qui souhaitais juste lui sauver la peau.
- sale petit con ingrat.
les mots me sortent en arabe et claquent dans l'air froidement. j'avance de quelques pas jusqu'à lui, claque des doigts pour que mes hommes ne visent plus aristide, bien que cette fois, à juste titre, ils ne m'obéissent pas, et avance encore, jusqu'à ce que son arme me touche.
- allez. tire-moi dessus, puisque t'es si couillu. vas-y, aristide. t'en crèves d'envie, non? t'en rêves, depuis des jours, j'le vois dans tes yeux. tire.
si j'étais courageuse, je prendrais l'arme d'un de mes hommes pour le viser moi aussi, en retour. mais mon courage a ses limites et déjà, je suis tremblante face à l'homme de reigny, effrayée de me prendre une balle qui partirait, finalement, j'en suis persuadée, plutôt involontairement.
mais qu'il réagisse, bon sang.
qu'il se rende compte qu'il est allé trop loin, ce soir.
et je lui ferais tout payer, plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: fucked up (ezaria)   Mar 10 Jan - 22:41


❝ fucked up ❞Tu ne te déplaces jamais sans tes sbires, tes gorilles. Généralement, ils ne sont pas là pour ta propre sécurité, parce que jusqu’ici tu n’avais jamais été en danger. Ils sont toujours chargés du sale boulot : cacher un cadavre ou nettoyer un scène un peu morbide après une bonne session de torture d’un mec qui a essayé de t’entuber. Ce soir, tu as la nette impression que tu vas devoir augmenter le gorille qui tient son flingue contre le crâne d’Aristide. Clean, tu aurais pu tenter des négociations. Camé comme il l’est, tu ne crois absolument pas au fait que le dialogue puisse être d’une quelconque utilité entre vous. Tu trouves la sensation étrange. C’est une première. Mais Aristide te ressemble dans le fond. T’es prêt à tuer tous ceux qui s’approcheront d’un peu trop près d’Elyam, et il en va de même de Bahia pour Aristide. Sauf que toi, pas une seconde tu veux la baiser Bahia. Toi, t’en veux pas de cette meuf là. Toi, c’est du jeu, du foutage de gueule. Rien de bien sérieux. Tu gardes ton sang froid alors que lui, il l’a clairement perdu.
Tu regardes débarquer les gardes du corps de la princesse en détresse. Cette scène ubuesque te gonfle au plus haut point. Tu te fiches de la remarque d’Aristide sur le fait que t’as besoin d’être surveillé. Entre lui et toi, y’a un fossé, et il t’aurait attaqué seulement à main nue, t’aurais été en mesure de répliquer équitablement. Avec le canon d’un flingue sur la tempe, on peut difficilement parler d’équité. Il fini par lâcher qu’il peut tirer, qu’il s’en fout. Le gorille ne tirera pas. Déjà parce qu’il y a trop de risque pour que la balle traverse le crâne vide du gosse du riche et t’atteigne par la même occasion et parce qu’il ne fera que ce que tu lui dit de faire. Quand les gardes du corps de Bahia débarque, l’arme n’est plus sur toi, mais sur elle. Putain. En matière de lâcheté il fait un sans faute le De Reigny. Tu ne bouges plus pour autant. Tu réajustes à peine tes vêtements.
Tu fais signe à ton sbire de descendre l’arme vers le sol même si t’es complètement outré par la scène. Tu te doutes qu’au fond, la princesse connaît son prince et est en mesure de le dompter. Toi tu sais que sous cocaïne, y’a peu d’espoir et tu sais que tu régleras tes comptes avec lui. Tu ne laisses personne te menacer. Bahia s’approche, le canon s’enfonce sur elle. Tu jettes un œil aux molosses derrière elle. Pourquoi n’interviennent-ils pas ?


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: fucked up (ezaria)   Mer 11 Jan - 18:51

t'es survolté.
tu pointes le flingues sur bahia. t'en as rien à foutre de ses molosses à elle aussi. t'en as rien à foutre de tout ce soir. t'as le cerveau trop cramé pour te rendre compte réellement de ce qui est en train de se passer. la rage est trop aveuglante. tu vois rouge, et tu es certains que tu lui fais peur à ta femme. ce ne serait pas la première fois. elle s'emporte, encore. elle s'avance vers et toi tu ne bouges pas d'un millimètre. même lorsque son crane percute l'arme, il te suffirait d'un mouvement pour mettre fins à ses jours. et ensuite, tu te tirerais sans doute une balle dans la tête toi aussi. mais tu ne fais rien de tout ça. tu la regardes dans droit dans les yeux. elle ne sait rien. elle ne sait pas ce que tu as fait pour, ou à cause d'elle serait le mot juste. le sbire d'ézechiel est encore dans la pièce, mais son arme ne te vise plus, tu ne sens plus la pression d'il y a quelques minutes.
tes mâchoire se contractent involontairement.
ce serait trop simple, de te tuer. trop facile. je mettrai fin à tes souffrances trop rapidement.
parce que je vais te faire payer bahia. j'vais te le faire payer, tout ça. tout tes petits jeux. et j'en ai pas fini avec toi. j'veux te voir trembler de peurs, j'veux que t'en chiale bahia, autant que j'ai mal là. autant que je souffre.
tu ricanes.
tes yeux se portent sur les gardes du corps.
ils ne tireront jamais. tu l'sais.
tu te tournes vers ezéchiel maintenant. t'as les sourcils froncés.
toi. tu ris plus fort. j'vais te faire la peau. sourire machiavélique. tu passes une main dans tes cheveux. et tu poses l'armes sur le meuble en bois non loin de toi.
j'vous laisse à vos petites occupations.
que tu lâches avant de bousculer un des sbires pour sortir de la pièce. tu vas te barrer, loin d'ici.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: fucked up (ezaria)   Ven 13 Jan - 15:04


❝ fucked up ❞Tu connais que trop bien les camés, t’en es un. Sauf que bizarrement, t’as pas la même attitude que la plus part d’entre eux quand t’es sous produit. Bon, et puis ça fait bien longtemps que t’as abandonné la cocaïne pour les beaux yeux de l’héroïne. La poudre blanche est la préférée des gens friqués, t’as jamais compris pourquoi. Elle est synonyme de luxe. C’est presque du prestige. Tu sais qu’elle fait un tabac aux soirées de reigny. Il est le premier consommateur, il aurait presque tendance à ne pas partager avec ses convives. Ce qui est certain, c’est que pour t’avoir posé le canon d’un flingue sur la tempe, il devait en avoir plein le nez. Ridicule. Piètre joueur. Une vengeance naissante grouille en toi. Mais tu es le mieux placé pour dire que ce genre de chose, ça se prépare, ça se murit lentement. Tu le toises. Tu le juges. T’as aucune once de respect pour lui. Tu n’as même pas haine pour la trainée qu’est devenu Bahia ce soir. Ne vaut-elle pas plus qu’une danseuse d’un club miteux de Berkeley, cette princesse du Moyen Orient ? Incapable de tenir en laisse son homme. Tu croises à nouveau le regard d’Aristide. Ce regard plein d’animosité. Tu as ce visage neutre, cette attitude qui montre qu’il te fait ni chaud ni froid. Il ne mérite ni un regard de haine ni un sourire narquois, donc tu t’en dispenses. Menace. Nouvelle menace. Cet ingrat n’a aucune idée de la personne que tu es. De ta dangerosité, de ta violence, de ta noirceur. Tu lui feras la peau bien avant qu’il ne mette en place une quelconque représailles. Mais ce soir, le nez blanchit, tu sais que ça n’a aucun intérêt. Tu l’observes de la tête au pied tandis qu’il se pose son arme sur le meuble. Tu le regardes quitter la pièce. Tu réajustes tes vêtements en te dirigeant à ton tour vers la sortie. Tu jettes un regard à Bahia. « tu m’dois du fric, pour le sachet, ton mec est pas super chaud pour un paiement en nature. » tu quittes la pièce, descend les escaliers en jetant un rapide coup d’œil aux convives qui n’ont absolument pas capté la courte absence de l’hôte et les cris provenant de l’étage. En traversant le jardin, tu t’approches d’un membre de l’équipe de sécurité d’Aristide. « surveille bien ton boss, avec la dose de poudre qu’il a dans le nez, il frôle l’overdose. » t’es presque sérieux dans tes propos. Sait-on jamais, tu voudrais pas qu’un de tes meilleurs clients crève bêtement. Tu montes à l’arrière du van et tu quittes cette soirée qui aurait pu facilement virer au bain de sang.


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: fucked up (ezaria)   

Revenir en haut Aller en bas
 

fucked up (ezaria)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Le chant de l'oiseau (PV Ezaria, Elenna Nargothong)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PAPERTOWN :: residential area-