PAPERTOWN


 

Partagez | .
 

 nuit sombre. (james)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: nuit sombre. (james)   Dim 1 Jan - 19:07

james a capitulé.
et t'en es ravi.
tu ranges le téléphone dans la poche de ta veste avant de récupérer les clés de la maserati flambant neuve. ce soir, ce sera une bonne soirée. quelques chose de grand, quelque chose de fabuleux comme à chaque fois. au volant de la voiture, tu conduis comme un fou. tu grilles un ou deux feux rouges. peut-être plus. t'as toujours aimé la vitesse et t'es complètement inconscient. si tu dois mourir ce soir, eh bien qu'il en soit ainsi.
james tu l'as toujours emmené dans des soirées de dingue, elle a toujours fini dans des états lamentable, incapable de se rappeler exactement ce qu'il s'était passé la veille. comme la première fois, où vous vous êtes réveillée dans le même lit. sans aucun souvenir. peut-être que vous êtes passé à l'acte, peut-être que non. mais madame est adepte des hôtels de tes parents, et depuis des années tu cherches un peu, tu cherches même beaucoup. ce soir sera la bonne. t'en est certain.
t'envois un texto pour l'informer que tu es en bas de chez elle, enfin dans une minute. tu piles devant l'immeuble, et tu sors de la bagnole pour aller t'adosser à celle-ci, une clope entre les lèvres tu attends que mademoiselle prenne la peine de descendre. quand tu l'aperçois t'as un sourire en coin.
le carrosse de madame ! lances-tu d'un ton ironique.
tu veux conduire ?
pourquoi pas, ça te laissera tout le loisir de l'observer plus longuement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: nuit sombre. (james)   Dim 1 Jan - 20:14

Elle n’en sait rien, elle ne recherche même pas les raisons – elles risqueraient d’être toutes risibles-. Tout ce qu’elle sait, c’est qu’elle a dû farfouiller dans son dressing pendant près d’une demi heure pour trouver la tenue parfaite et, que maintenant qu’elle l’a sur le dos, elle se trouve des airs de famille avec Dolly Parton et , le charisme d’un stylo bille. James pousse un long soupire, croise son reflet dans le miroir à pied depuis lequel son « autre elle » la nargue ; elle lui referait bien une tête triangulaire, si ç’avait été possible. Quelques secondes s’égrainent, le combat oculaire s’éternise ; elle finit par en venir à la conclusion qu’elle doit certainement débloquer ( couver une forme de maladie rare) pour accepter d’aller s’encanailler en compagnie d’un sale gosse de riche, qui risque de l’entrainer dieu sait où. Pourtant, la perspective bien que désagréable est plutôt séduisante. Qu’est-ce qui risque de lui arriver, franchement ? Elle a déjà fourré son spray au poivre dans sa pochette et un couteau suisse de première qualité. Une seule remarque déplaisante, sexiste ou autre et , l’artillerie déployée, monsieur n’aura rien d’autre à branler que la moitié d’un pénis. Sur cette pensée particulièrement vulgaire (assez à propos), elle agite le majeur à l’égard de sa Némésis. Tout compte fait, cette robe est une Moschino, à six cent biftons, elle s’en tamponne d’avoir l’air d’une meringue ou d’une baguette chinoise ou d’un tronc. Le plus important, c’est qu’aucune autre demoiselle n’ait suffisamment de pécule pour se procurer la même. Modèle unique, que la vendeuse a assuré. Lorsqu’elle se retrouve embarquée dans le sillage de De Reigny – à la seule mention de la particule, elle se rebiffe comme atteinte d’un choc anaphylactique, elle se réveille avec un trou noir cérébral, ayant engouffré la moitié de ses souvenirs de la veille. Elle se doute bien que les cocktails sont améliorés là où il l’emmène et sur le moment, elle évite de poser des questions en : qu’est-ce que. Des fois de tomber sur des réponses qui ne lui plairaient pas. Son téléphone vibre, elle reconnaît la signature d’un message. Il attendra minimum dix minutes avant d’avoir l’occasion d’apercevoir ses jambes dénudées. (…) « Grand classique » siffle-t-elle, en avalant les mètres les séparant, de sa démarche dédaigneuse. « Et tu représentes qui ? Le prince charmant ou le palefrenier ? » - elle arque un sourcil. « Je ne caresse aucune pédale d’accélérateur, ce soir, ni rien d’autre d’ailleurs » - prolepse, elle le voit venir, avec ses grands sabots, le séducteur chevronné de pacotille. Le grand Aristide de Reigny. James hausse les épaules et se permet de le pousser légèrement pour mieux pouvoir s’engouffrer, côté passager. Mademoiselle préfère largement qu’on la conduise, si elle doit se prêter à la mascarade, autant se la jouer princesse jusqu’au bout. «La prochaine fois, tu ouvriras la portière pour que je puisse entrer ou sortir » - elle boucle sa ceinture. « Sinon, Aristide...jolie bagnole. Maintenant, fais ronronner l’moteur ». Elle ne l’avouera jamais, même sous la torture, elle adore les bolides.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: nuit sombre. (james)   Lun 2 Jan - 20:50

t'as toujours aimé la répartie de mademoiselle langley. toujours, et ce soir encore plus, t'as un sourire en quoi quand elle répond. elle ne veut pas conduire, elle ne caressera rien ce soir. permet moi d'en douter très chère. mais tu gardes tes pensées pour toi, tu te laisses glisser sur le côté quand elle ouvre la porte et s'engouffre à l'intérieur de la voiture. tu ne tardes pas à faire le tour pour en faire de même côté conducteur, la voiture sent encore le cuir neuf. et tu la regardes en coin, elle rend bien sur tes nouveaux sièges. elle rend bien dans cette bagnole, dans sa robe des plus splendides. elle a fait les choses bien ce soir. La prochaine fois, tu ouvriras la portière pour que je puisse entrer ou sortir. bien sûr, bien sûr. tu la traiteras en princesse si l'envie t'en prends, pas parce qu'elle le réclamera. à sa seconde phrase, tu démarres et appuie sur l'accélérateur. la caisse gronde sur le bitume, et tu grilles de nouveau le premier feu rouge que tu croises. la soirée sera bonne, crois moi. avec toi, elles le sont toutes. tu roules beaucoup trop vite, et c'est pour ça que vous arrivez en six minutes, exactement, devant la boîte de nuit. le pearl. endroit chic, endroit branché. table vip à plus de mille dollars. des gens qui dépensent leur argent par les fenêtres, voilà tout ceux qui s'y trouvent. tu gares la voiture, tu joues les gentlemen finalement en lui ouvrant la portière et en lui tendant la main. enfin, tu attrapes plutôt la sienne pour qu'elle te suivent sans mot dire.
vous passez comme des rois, parce que c'est ce que tu es, et ce soir elle sera peut-être une reine. la table est déjà prête, le meilleur champagne trône sur la table, tu te laisses tomber sur la banquette, t'es déjà en train de te servir une coupe, une deuxième pour elle. et tes yeux azurs se reposent sur elle. tu la contemples un certain temps.
j'avais envie de me souvenir de quoi tu étais capable, alors j'me suis dit qu'une petite soirée en ta compagnie serait des plus appréciables.
tu lances ça avant de boire le verre d'une traite. puis tu jettes un oeil autour de vous, la population ne va pas tarder à affluer, surement des personnes qu'elle connait, beaucoup que tu connaîtras et qui se demanderont sans doute ce que tu fais avec elle. peut-être des acolytes de vos dernières soirées. qui arriveront sans doute à retrouver la mémoire, qui sait.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: nuit sombre. (james)   

Revenir en haut Aller en bas
 

nuit sombre. (james)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nuit Sombre et Orageuse.
» [0262] Yoru Kuraï, une nuit sombre [FINI] [NOCTALI]
» Par une nuit sombre [Killik]
» une ombre dans la nuit sombre (margareth)
» Une nuit aussi sombre que le charbon ¬¬

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PAPERTOWN :: 
Berkeley
 :: 
downtown
-